Historique de la CIJS Campagne Internationale Justice pour Sankara

Un quart de siècle de lutte!

Le GRILA est né en 1984, en coïncidence avec la révolution du Burkina. Tous deux
œuvraient pour concrétiser le rêve panafricain et un développement autocentré. Suite à
l’assassinat de Thomas Sankara en 1987, le GRILA a réagi vivement et à organisé durant
33 ans, à tous les 15 octobre, des événements de commémoration dans toutes ses
sections et ne manquant pas au fil des années aucune occasion pour rappeler l’œuvre
de la révolution Sankariste et aider ses partisans.

Pendant plus de 9 ans, le régime Compaoré n’a donné aucune explication sur la mort de Sankara et de ses camarades et a assassiné plusieurs autres de ses camarades et intimidé les opposants.

À l’été 1997, à quelques mois du délai de prescription décennale, trois membres du GRILA Housseini Boly, Dominique Traoré et Aziz Fall alertent le groupe sur l’imminence de la date du 15 octobre 1997 et du risque de voir s’éteindre les risques de recours judiciaires. La décision est prise de travailler différemment sur l’affaire Sankara. C’est dans ces circonstances que sa veuve Mariam Serme Sankara porte courageusement plainte contre X et faux en écriture juridique. L’avocat Dieudonnée Nkounkou de Montpellier et Bénéwendé Sankara enrôlent le cas et prennent sa défense.

Le GRILA lance la campagne Internationale contre l’impunité : Justice pour Sankara sous la forme d’un appel. L’appel est soutenu, entre autres, par la commission des droits de la personne, le réseau africain des droits de l’homme, la ligue togolaise des droits de l’Homme, l’Union interafricaine des droits de l’homme (Burkina), Amnesty International (Canada), Action chrétienne contre la torture, le CISO centre international de solidarité ouvrière, la coordination des jeunes des partis d’opposition (Sénégal) Organisation des jeunesses panafricaines (Sénégal), la CIMADE, FIDH, Survie (France), Club Thomas Sankara (Mali) Gruppo Mission (Italie) et endossé par des personnalités comme le Pr Jean Ziegler (Suisse), Pr Issa Ndiaye (Mali) le journaliste Jean Philippe Rapp, le politicien Edgar Pisani ( France) le Pr Vincent Coulibaly (Mali), M. Jean Carbonare (FIDH), Dr Buuba Diop ANAFA (Sénégal), Alioune Tine (RADDHO) Mme Coulibaly (Réseau Africain pour le développement intégré)… Des milliers de signatures tout le long des années ont soutenu notre travail, notamment lors de La caravane Sankara qui a sillonné plusieurs pays de 3 continents en 2007. La mobilisation de la CIJS a contribué à garder vivante la pensée et l’œuvre sankariste au Burkina et dans le monde.

LA CIJS a épuisé tous les recours des tribunaux burkinabé, instrumentalisés par le régime françafrique, et a dû recourir au comité des droits de l’homme de l’ONU. Elle y a marqué un précédent international contre l’impunité. Avec le renversement du régime Compaoré, un nouveau régime a permis l’organisation d’un nouveau procès. Il s’ouvre le 11 octobre 2021.

Plusieurs avocats et avocates et camarades continuent l’œuvre marathonienne de la CIJS jusqu’à l’obtention de la vérité et la justice pour Thomas Sankara et ses camarades. La CIJS remercie tous les camarades du monde entier pour leur mobilisation jusqu’à la victoire finale!

Do you have questions? Call or email us.

+1 (514) 499-3418

info@cijs-icjs.net

donations@cijs-icjs.net

Newsletter

Get latest news & update

Connect With Us

en_USEnglish
Share via
Copy link
Powered by Social Snap